En 1897 un comité pour élever un monument à la mémoire des soldats du canton, morts durant la guerre est constitué. Eugène Fornel, percepteur de la commune, Jean-Marie Ferdinand Sarrien, maire, Etienne Gravier, agent voyer de la commune en sont les trois promoteurs. La même année, le comité demande une subvention au Conseil général de Saône et Loire.

 

Monument aux morts 1870 Bourbon-Lancy

 

Conseil général de Saône et Loire, séance du 19 août 1897

Rapport annexe du préfet de Saône et Loire

Monument à élever à Bourbon-Lancy, aux soldats morts en 1870-71

« Un comité vient de se former à Bourbon-Lancy dans le but d’élever un monument aux soldats du canton, au nombre de 40 environs, morts pendant la guerre de 1870-71.
Par une lettre jointe au dossier, le Comité adresse au Conseil général une demande de subvention. Je prie l’Assemblée départementale de l’examiner avec bienveillance ».

M Guyot, rapporteur

Messieurs,

« Un comité s’est constitué à Bourbon-Lancy à l’effet d’élever un monument à la mémoire des soldats morts pendant la guerre de 1870-71.

Dans une lettre jointe au dossier, le vice-président du Comité sollicite une subvention du département qu’il fixe lui-même de 500 à 1.000 francs.

Le Conseil général a déjà accordé des subventions pour le même objet, aux villes de Louhans et Paray-le-Monial ; on ne saurait la refuser à Bourbon-Lancy.

Votre commission vous propose, en conséquence, le vote d’un crédit de 500 francs pour le monument de Bourbon-Lancy.

Les conclusions de la commission sont mises aux voix et adoptées. »

Conseil municipal de Bourbon-Lancy du 4 novembre 1902

Délibération 530

« Le conseil appelé à émettre un avis sur un emplacement propice à élever un monument par souscription, à la mémoire des soldats du canton de Bourbon-Lancy, morts pendant la guerre 1870-1841, propose de l’établir place des Capucins, située au centre »

Conseil municipal de Bourbon-Lancy du 20 septembre 1904

Délibération 688 – Monument des combattants

« M. le Maire fait connaître que les recettes effectuées pour l’érection du monument élevé à la mémoire des combattants de 1870-1871 et provenant tant de subventions que de souscriptions particulières, se sont élevées à la somme de quatre mille trois cent cinquante-six francs, quatre-vingt-dix centimes 4356.90
Que M. Béguine, ayant fait don de son œuvre, la dépense ne s’est élevée qu’à celle de quatre mille deux cent trente et un francs, trente-cinq centimes 4231.35
D’où il résulte qu’il est resté un excédent de recettes de cent vingt-cinq francs, cinquante-cinq centimes, 125.55.
Il  ajoute qu’il est dû à M. Regnaud, entrepreneur chargé de l’élaboration du monument, une somme de deux cent soixante-six francs vingt centimes et il demande au conseil que cette dépense soit payée, d’une part au moyen du reliquat de cent vingt-cinq francs cinquante-cinq centimes et que la différence s’élevant à cent quarante francs soixante-cinq centimes soit prise sur le crédit de quatre cent francs, inscrit à l’article 52 du budget supplémentaire.
Le conseil, à l’unanimité, approuve les comptes qui viennent de lui être présentés et autorise M. le Maire a payer la somme de 140 ?55 sur le crédit précité.
Sur la proposition de M. Berthier, il charge M. Guillemet, architecte voyer, d’examiner la question d’établissement d’une marche au bas du monument. »

Délibération 689 – Adresse de remerciements à M. Béguine

« Le conseil, sur la proposition de M. Berthier adresse à l’unanimité, ses vives félicitations à M. Béguine, auteur du monument des combattants, pour la belle œuvre dont il a doté la ville de Bourbon-Lancy.
Lui adresse en outre, au nom de la population tout entière, l’expression de sa gratitude. »

Le coût final du monument aux morts s’élève à 4 536,90 francs ramenés à 4 231, 35 francs en raison du don de son œuvre par le sculpteur Béguine. La participation de la commune, du département et la souscription sont de 2 856,90 francs. Le Comice agricole a fait un don de 500 francs, l’hospice de 1 000 francs.

Descriptif du monument

Sur un piédestal en calcaire est fixée une statue en bronze. Elle représente un garde mobile tourné vers le nord-est. Appuyé sur un fusil avec baïonnette tenu fermement à deux mains, tête relevée, il fixe la direction des provinces perdues, la Lorraine et l’Alsace. Le soldat représente le sergent Bobillot. Jules Bobillot, journaliste et écrivain s’était engagé dans l’armée en 1883, à l’âge de 23 ans. Il fut tué lors de la conquête du Tonkin en 1885. La III° République en fit un héros et un symbole de patriotisme.

Garde mobile du monument aux morts de Bourbon-Lancy


Les quatre faces du piédestal sont gravées :
vers la place de la République :
A la mémoire des soldats du canton de Bourbon-Lancy morts pour la Patrie
vers la poste :
Ce monument a été érigé par souscription publique du canton de Bourbon-Lancy, 1904
vers l’avenue Sarrien, 28 noms
vers l’avenue de la République, 29 noms

L’architecte est Félix Boutron, le sculpteur Michel Beguine

Lors de la cérémonie du 11 novembre, un hommage est rendu aux morts de la guerre.