" />

De l'identification des morts du canton de Bourbon-Lancy, en Saône et Loire à l'écriture de l'histoire des hommes mobilisés pour la guerre. Des recherches d'archives, de nombreuses lectures, constituant une documentation riche et variée. De la méthodologie mais aussi des astuces pour retrouver un détail important aux yeux de l'auteur. 

01 février 2022

De la recherche du passé militaire des hommes à l’histoire

Depuis quelques années, je consacre une partie de mes recherches, à recréer le parcours des hommes dans les conflits ainsi qu’à identifier des victimes. Dans ma famille, trois générations ont participé aux principaux conflits, 1870-1871, 14-18 et 39-45. J’ai débuté mes recherches avec mon père, ancien combattant et prisonnier de guerre en 1940, et un oncle, membre des Forces françaises libres et de la 2ème DB. Je me suis ensuite intéressé au parcours de mes grands-pères durant la Première guerre mondiale ainsi qu’à celui de... [Lire la suite]

01 février 2022

La passion et le plaisir de la recherche

Combien de fois ai-je pesté contre la stérilité des documents trouvés ou l’impossibilité d’arriver à un résultat. Combien de fois ai-je été subjugué par la richesse des informations découvertes. Je ne sais quel est l’état d’esprit des historiens et des chercheurs, mais j’ai toujours conduit mon travail avec passion. Face à un document ancien, je suis toujours en admiration. Je n’ai pas eu de pensée particulière pour celles et ceux qui l’on préservé ou conservé. Je suis un peu de mauvaise foi, car j’ai eu un échange captivant avec une... [Lire la suite]
07 février 2022

Pourquoi la guerre de 1870 – 1871 ?

Depuis 1904, près de la poste de Bourbon-Lancy, un garde national mobile se dresse sur son piédestal, le regard tourné vers l’est. Il s’agit de la statue du monument aux morts de la guerre de 1870-1871, du canton de Bourbon-Lancy. Cinquante-sept noms y sont gravés. Un de mes amis a identifié les morts de la première guerre mondiale. J’ai identifié ceux de la deuxième guerre mondiale. Restaient ceux de cette guerre oubliée. A partir de 2016, je me suis lancé dans un long travail de recherche de l’identité des morts de la guerre de... [Lire la suite]
07 février 2022

Identifier les victimes

J’ai été obligé de faire une véritable cuisine : état civil, registres matricules, absence et succession, recensements de la population. J’ai étendu ma recherche dans l’état civil des départements où ses sont déroulées des combats et des batailles. J’ai pu retrouver une liste des hôpitaux qui ont accueilli des blessés, à l’arrière. A nouveau état civil de ses villes. J’ai fait un peu de généalogie. J’ai ouvert les boîtes d’archives des soldats morts pendant la guerre, conservées au Service historique de la Défense. La source... [Lire la suite]
22 février 2022

29 victimes supplémentaires qui ne figurent pas sur le monument aux morts

J’ai identifié 29 victimes dans le canton, qui ne figurent pas sur le monument aux morts. Je n’ai pas pu résoudre cette énigme. Ne disposant d’aucune archive sur la question, plusieurs explications peuvent être avancées. Eugène Alexandre Fornel, colonel de la garde nationale mobilisée, s’est surtout attaché à dénombrer les victimes de ses unités. En raison des difficultés de transcription des décès dans les communes de résidence, il n’a pas pu recenser correctement l’ensemble des victimes, dont celles appartenant à l’armée active.... [Lire la suite]
22 février 2022

Retracer le parcours des hommes mobilisés

Une fois une liste de victimes identifiées, j’ai cherché à savoir quel avait pu être leur parcours durant la guerre. A la différence des journaux de marche et des opérations de la Première guerre mondiale, les sources sur les unités de la guerre de 1870 sont moins évidentes à consulter, soit par absence, soit par qualité des documents. J’ai constaté que les appelés de l’armée active n’étaient pas affectés chaque année aux mêmes régiments, comme cela sera souvent le cas à la fin du XIX° siècle. J’ai pu établir une liste des principales... [Lire la suite]

22 février 2022

Les archives d'Eugène Alexandre Fornel et du général Victor Pellissier

Ces deux noms sont quasiment inconnus pour les profanes et les historiens, sauf exception. Le premier, ancien sous-lieutenant de Hussards, était le percepteur de Bourbon-Lancy, le second, chef de bataillon dans l’Artillerie, général commandant la garde nationale mobilisée de Saône et Loire. Tous les deux ont répondu à l’appel du gouvernement de la Défense nationale pour s’enrôler dans la garde nationale mobilisée, à l’automne 1870. Fornel est élu, commandant de la 3ème légion de l’arrondissement de Charolles en Saône et Loire, avec... [Lire la suite]
23 février 2022

La garde nationale mobilisée au coeur de l'ouvrage

Ceux qui sont férus d’histoire de la guerre de 1870-1871, n’ignorent pas l’existence de cette armée auxiliaire. Je pense que le plus grand nombre a plutôt en tête, la garde nationale mobile avec ses moblots. La garde mobilisée est créée à l’automne 1870, à l’appel du gouvernement pour mobiliser tous les hommes qui, jusqu’à présent, n’avaient été appelés dans l’armée active ou la garde nationale. C’est une sorte de mobilisation générale pour faire face aux troupes prussiennes qui ont envahi le territoire. Ces troupes sont les dernières... [Lire la suite]
23 février 2022

Les dessous de la victoire de Garibaldi à Dijon qui n’a servi à rien

Au cours de mes recherches sur la garde nationale mobilisée de Saône et Loire et du canton de Bourbon-Lancy, j’ai découvert son dénigrement et l’injustice dont elle a été victime de la part des Garibaldiens. Le délégué à la Guerre du Gouvernement de la défense nationale, s’en est mêlé, se rétractant le lendemain, en raison des précisions apportées par le général Pellissier, son chef. Et bien vous le croirez si vous le voulez, Pellissier sera écarté de son commandement, victime du chef d’état-major de l’armée de Garibaldi. Le colonel... [Lire la suite]
24 février 2022

Au fil du temps, Bourbon-Lancy a oublié cette guerre

Un comité, présidé par Eugène Alexandre Fornel, entouré par Jean-Marie Ferdinand Sarrien et Etienne Gravier, anciens officiers de la garde nationale mobilisée, a fait ériger un monument aux morts cantonal. Il a été inauguré en 1904. J’ai retrouvé des articles de presse relatant l’inauguration. Ce fut une véritable fête, donnant l’impression que les morts de la guerre, étaient déjà loin dans la mémoire. A partir de 1912, les survivants de la guerre ont pu recevoir la médaille commémorative du conflit. Après la première guerre mondiale... [Lire la suite]